Outils du site

fr:totem

Totem

Dans les régions où le chamanisme sevo'a prospère, le monde naturel est un univers symbolique riche, qui peut être apprivoisé par diverses pratiques, dont le totémisme. Dans le totémisme, les individus sont liés à des “totems”. Ce sont des représentations d'un animal, parfois d'une plante ou d'un élément minéral (rocher, montagne) ; leurs représentants guident les ra qui leur sont lié dans le monde du Rêve et dans diverses pratiques chamaniques, mais aussi dans diverses activités du quotidien. Les relations à son totem sont complexes et varient énormément d'un clan à l'autre, d'un totem à l'autre : ainsi certains considèrent que manger l'animal représentant le totem brise le lien qui les unit, tandis que pour d'autres, cela renforce ce même lien.

Trouver son totem

Il n'y a pas un chemin unique pour trouver à quel totem on est lié.

Des rituels, basés sur des transes et des états altérés de la conscience, permettent de se mettre en relation avec le monde invisible et de rencontrer son totem.

Mais un certain nombre de ra le découvre au fil du temps et des rencontres, se sentant peu à peu liés à une espèce en particulier.

Le Totémisme professe que chaque ra est potentiellement liée à un totem principal. Mais ce totem peut changer dans le temps, si la ra elle-même change de nature.

Et s'il y a un totem principal, il est aussi possible d'être en relation avec des totems secondaires, bénéficiant de certains de leur pouvoirs et de leur aide.

Appartenance clanique

À culno, une fois qu'on sait quel est son totem, on peut légitimement demander à rejoindre l'un des clans se réclamant de ce totem. Par exemple, dans les Plaines d'Astharie, la Sororité du Pendo Vert forme un lien entre personnes liées au pendo d'Astharie.

L'appartenance à un clan totémique est avant tout une affaire de communauté : ses membres se connaissent et s'entraident. Les clans veillent aussi au bon équilibre naturel afin que leur totem prospère dans de bonnes conditions. Enfin, ils organisent des rituels secrets propres à leur totem, qui ne sont accessibles qu'aux initiées.

Art totémique

L'une des manifestations du totémisme se retrouve dans les innombrables formes d'art dans le Khanat. Statuettes votives à la croisée des chemins, statues colossales dans certains lieux de pouvoir, mobiles pendus dans les arbres, dessins sur les parois des falaises, des grottes ou de rochers, motifs tissés dans les habits et les tapis : les expressions sont multiples, toutes destinées à apporter la bénédiction du totem sur ses adeptes.

Pouvoirs totémiques

Cet aspect fait partie des secrets réservés aux initiées, et chaque totem semble accorder des pouvoirs différents. Il peut s'agir de caractéristiques accordées à l'individu : par exemple, les adeptes du groska sont réputés comme plus fortes que la moyenne, capables de prouesses physiques, compensées par un appétit à la mesure de leur force. Il y a aussi des rumeurs sur la capacité à se transformer en son animal totémique, ou à emprunter les yeux et oreilles d'un de ses représentants (projection et fusion mentale). Enfin, les transes oniriques sont sensées être facilitées par le totem, qui guide l'esprit du ra et le protège dans ses voyages au pays des songes.

La capacité à faire appel à des pouvoirs totémiques dépends de la qualité du lien qui unit la ra à son totem. Les chamanes les plus puissantes dans cet art ont tendance à vivre au milieu des créatures représentant le totem et à adopter leur mode de vie. Ce qui ne les rends pas toujours très fréquentable par le reste de la société.

fr/totem.txt · Dernière modification: 2019/06/10 08:59 par zatalyz