Outils du site

fr:roc_des_oiseaux

Roc des Oiseaux

Il s'agit du plus gros rocher qui existe dans le delta, énorme monolithe jaillissant dans le ciel au milieu du Delta. Il abrite une importante agglomération autour de sa base, et à l'intérieur, au sein de grottes et de tunnels aménagés qui en font un quasi-gruyère. Mais de nombreuses habitations sont également suspendues aux parois abruptes, ou aux plafonds des grottes.

L'ouverture la plus imposante accueille un port de bonne taille, qui se trouve être le cœur de l'activité économique de la région. On y croise des embarcations de toutes les tailles, de tous les types.

Les habitantes sont globalement accueillantes, même si on note des différences culturelles non négligeables selon le type d'habitat des unes et des autres : ainsi, l'agglomération autour de la base du Roc est constituée de barges, de navires, de pontons et autres objets flottants plus ou moins bien identifiés, amarrées ensemble dans un fouillis indescriptible. L'ambiance y est donc chamarrée, bruyante, l'air saturé d'odeurs de poisson, de guano, et les ra passent couramment les unes chez les autres pour se déplacer, ce qui rend toute idée d'intimité assez utopiste. Les habitantes des habitats perchés sont plus posées. Sans doute parce qu'une chute se traduit plus souvent par un revif que par une simple baignade. Enfin, la partie troglodytique est celle qui a le plus de contacts avec le reste du Khanat : c'est là que se situe l'interface que constitue le port, et c'est aussi la zone la moins déconcertante pour des ra habituées à ratmidju, ou au sol bien stable de la plupart des régions de ratmidju. On y trouve donc la plupart des commerçantes et aussi, malheureusement, leurs homologues moins honnêtes que sont les divers trafiquants ou escrocs, malgré les efforts de la Légion Marine et des milices locales. À certaines époques, ces milices ont d'ailleurs pu être accusées de favoriser certains groupes illégaux, ce que la Légion locale n'oublie jamais tout à fait.

Sur les falaises nichent de très nombreuses colonies d'oiseaux, dont les sumruku sont les plus nombreux, mais pas les seuls. C'est d'ailleurs un lieu privilégié pour l'étude ornithologique. On dit que parfois, viennent se poser là les légendaires Sîna-Mrû.

Les parois sont recouvertes de pétroglyphes parfois très anciens, litanies de prières adressées aux Vents et aux Oiseaux. Des petits autels votifs, des lieux de méditation et des statues sont également légion, ainsi que les drapeaux de prière, balançant dans le vent au moindre souffle.

Certains esprits chagrins disent qu'il n'est pas inutile de se munir d'un parapluie quand on s'aventure aux alentours du Roc des Oiseaux, même s'ils ne pensent pas à la pluie comme un réel désagrément. Les maîtres de barge portent d'ailleurs un large couvre-chef en paille tressée qui protège aussi les épaules, et il paraît que ce n'est pas sans raison.

fr/roc_des_oiseaux.txt · Dernière modification: 2018/08/19 20:57 par Lyne