Outils du site

fr:rebtoi

Rebto'i

Descriptif

La rebto'i est un animal paisible reconnaissable à sa forme ronde, son museau rond supportant un gros œil rond, à ses pattes rondes, mais surtout à sa queue en tire-bouchon, qui lui a donné son nom. Ses pattes n'ont pas de structure osseuse, elles sont principalement constituées de gros muscles qui lui permettent de s'adapter à la configuration du terrain ; mais elle reste très pataude et ne peut pas se déplacer rapidement ni sur des terrains à trop forte pente.

Il s'agit d'un animal principalement nocturne qui préfère se cacher en journée dans une grotte, un terrier abandonné ou sous les frondaisons des grands arbres d'une forêt dense. Lorsque la luminosité baisse, son gros œil lui permet d'y voir clair et de repérer sa nourriture préférée : les rangej (tubercules de duretsi sous sa forme juvénile appelée ci'oduretsi). Elle est capable de détecter quels sont les bons plants grâce à ses capteurs olfactifs situés sous le museau, au ras du sol. Elle possède aussi trois petits yeux dans le dos, près de sa queue, afin de bien viser le bon endroit lorsqu'elle va récolter sa nourriture.

La rebto'i prend particulièrement soin de faire ses besoins (ses déjections sont de petites boules sèches noires) en dehors de son nid, ses déjections étant empoisonnées d'une part, mais aussi la source des graines matures de ma'uduretsi, prêtes à germer.

La rebto'i est capable de passer en hibernation lorsque la nourriture se fait rare ; elle dormira alors le temps que les duretsi reviennent. De même, l'œuf peut passer en dormance puis en sortir au bon moment : il commence à maturer seulement en présence d'un grain de pollen de ci'oduretsi (qui signale la présence présente ou prochaine de tubercules) lorsque les bonnes conditions de température et d'humidité ont rendu la coquille poreuse, pour cela les manti butineuses bifce sont attirées par une substance visqueuse désinfectante (appelée ka'onipcak) exsudée en petite quantité par la coquille, et à partir du début de la maturation, la coquille en exsude un peu plus. Une fois séchée, la ka'onipcak est souvent récoltée par les manti gunka ou des ra qui l'utilisent pour se soigner.

La rebto'i a une peau violet foncée recouverte de poils ras dont la couleur varie selon l'environnement, afin de se fondre dans le paysage.

Biotope

Zone et Climat

Les rebto'i peuvent être trouvées sous tous les climats, tant qu'il y a de l'obscurité pour dormir la journée et que la pente n'est pas trop forte pour qu'elle puisse se déplacer.

Mutations connues

Les rebto'i voient leur couleur changer selon les saisons et les lieux ; généralement, celles des plaines ou du désert seront plutôt jaunes ou blondes tandis que celles de la jungle seront plutôt marron. Les rares individus que l'on peut trouver dans les zones froides (mais pas trop pentues) ont un poil plus long et noir ou blanc selon les saisons.

Régime alimentaire

La rebto'i se nourrit presque exclusivement de rangej ; elle est en effet capable de déterminer à l'odeur s'il s'agit bien de la bonne forme de cette plante qui est toxique sous sa forme adulte. La rebto'i consomme parfois quelques autres racines mais c'est assez rare, son système digestif étant spécifiquement adapté aux rangej.

La rebto'i a des capteurs olfactifs très développés afin de discerner les deux formes de duretsi. Pour récupérer le tubercule, elle s'assied au pied de la ci'oduretsi en s'aidant de ses petits yeux à l'arrière pour bien viser, plante sa queue pointue et tranchante dans la terre, sectionne le lien avec le reste de la plante, puis enroule sa queue autour du tubercule. Elle se balance ensuite d'avant en arrière jusqu'à faire suffisamment levier pour arracher sa pittance au sol. Elle éventre ensuite le rangej à l'aide de sa queue et aspire la pâte molle contenue dans l'enveloppe, directement avec sa bouche, située au bout de son museau. En mangeant le tubercule, la rebto'i va aussi manger la graine de ci'odutsi, qui sera altérée dans l'intestin pour se transformer en graine de ma'uduretsi (toxique).

Prédateurs

La rebto'i étant assez pataude, elle est une proie assez facile pour bon nombre de prédateurs, dont les volbatci qui apprécient d'en emporter une bouchée. La rebto'i est toutefois capable de se défendre à l'aide de sa queue dont le bout est très pointu et affûté ; une volbatci imprudente peut rapidement voir ses ailes déchirées suffisamment pour l'empêcher de reprendre son envol.

Reproduction, vie sociale

Les rebto'i vivent généralement en groupes d'une dizaine d'individus selon l'endroit où ils font leurs nids : un peu moins quand ils vivent en terriers, un peu plus quand ils sont dans des grottes. Les femelles pondent généralement deux œufs quelques jours après s'être accouplées avec un ou plusieurs mâles. Les œufs sont maintenus à température dans les nids mais pas spécialement couvés ; ainsi, les manti peuvent venir récolter la ka'onipcak et ainsi réveiller l'œuf par la présence de pollen de duretsi.

Cohabitation

Il existe quelques élevages de rebto'i : elles sont alors utilisées afin de repérer les ci'oduretsi des mu'aduretsi afin de récolter les rangej des premières et les sarycpintsi des secondes tout en prenant toutes les dispositions nécessaires afin d'éviter de se faire empoisonner lors de la récolte. L'élevage ne demande pas de soin particulier, les besoins étant essentiellement la sécurité, un lieu sombre pour les nids et la présence de duretsi en quantité suffisante sur un terrain à peu près plat.

Leurs œufs sont comestibles mais il faut prendre garde aux coups de queue des parents. Si les œufs sont en dormance (par exemple en cas de températures trop hautes ou trop basses), il est possible, en les ramenant à la bonne température, de récupérer la substance visqueuse exsudée qui peut être utilisée comme désinfectant ; les quantités sont très faible mais c'est très efficace.

La rebto'i en elle-même peut être consommée aussi, mais il faut faire très attention à bien enlever le système digestif entièrement, sinon il est possible d'empoisonner la personne qui le consommerait : en effet, la graine de ci'oduretsi devient poison lors du processus de digestion par la rabto'i, les instestins sont donc particulièrement toxiques.

Il existe une célèbre recette de gejomle, issue des plaines d'Astharie : une épaisse galette poëllée, à base d'œufs de rebto'i et de pâte de rangej grillée et relevée avec de la poudre de sarycpintsi. Certaines y ajoutent des petits morceaux de pattes de rebto'i, mais un débat sur la recette originale qui ne les contiendrait pas fait souvent rage dans les cuisines.

Notes d'observations scientifiques

RAS

fr/rebtoi.txt · Dernière modification: 2018/12/11 20:58 par gpqsueeek