Outils du site

fr:auteurs:lyne:reve_ordinaire:053

Et si on jouait ?

L’automne avait cédé sa place à l’hiver, et permis au cycle des saisons de poursuivre sa course apparemment immuable sur les Plaines. Kirun n’avait pas pour autant renoncé à ses promenades dans la campagne alentour mais, à l’heure de la pause, elle échangeait de plus en plus souvent ses siestes au soleil contre la contemplation des averses. Elle amenait un siège à l’une des entrées de l’exploitation, et s’installait pour respirer l’odeur de la pluie et se perdre dans les motifs éternellement changeants que les gouttes faisaient naître dans les flaques. Elle souriait aux assauts que les nappes d’eau exigües menaient contre leurs rives trop étroites à grand coups de vaguelettes minuscules et d’éclaboussures rageuses, et elle se délectait de l’infinie variété des formes et des couleurs des nuages. Certains mystiques prétendaient que le Monde du Rêve était là-haut, dans le moutonnement sans cesse renouvelé qui faisait naître des images improbables sur le fond du ciel, et qu’il fallait donc respecter les nuages comme les manifestations les plus pures de lakne. La cuisinière se fichait pas mal des interprétations métaphysiques, et ses propres croyances faisaient plutôt du Monde du Rêve une extension des Brumes, mais ça ne l’empêchait pas de profiter du spectacle.

Et quand, comme aujourd’hui, l’hiver préférait dérouler une couverture d’un triste gris uniforme au-dessus des Plaines, il y a avait toujours moyen de trouver des partenaires pour jouer au slan. Dans l’une ou l’autre de ses variantes.

« La ni’a ? C’est quoi, ça, comme règle ? »
Matl regardait Selim avec un peu de méfiance. Il fallait bien dire qu’il avait remporté les parties précédentes, jouées selon la variante la plus commune à Natca, avec une certaine facilité. Il était donc naturel qu’il soit soupçonneux devant une règle inconnue proposée par ses adversaires malheureux. Même si, comme Kirun le savait parfaitement, la ni’a était tout à fait valable. Et relativement répandue aussi, mais plutôt sur culno.

Selim expliquait : « C’est presque comme la xlu, en fait. »
Il se dirigea vers les grosses quilles à une dizaine de pas : « On garde exactement la même disposition pour la Prêtresse, » – du bout du pied il montra la quille blanche et noire, carrée et trapue à droite – « la Reine Rouge, » – de la main, il indiqua la quille hexagonale rouge, et trapue également, à un pas environ à gauche de la première – « et le Khan. ». D’un vague signe de tête qu’il réussit à rendre respectueux, il désigna la haute quille cylindrique qui formait le troisième sommet du triangle équilatéral, en arrière des deux premières.
« On garde les mêmes palets, » – il leva la main pour montrer l’un des disques de métal d’une demi-paume de diamètre qu’il tenait – « six par équipe, dont un kefalé » – et il retourna son disque pour montrer l’étoile qui ornait l’une de ses faces – « et cinq ra. Et on compte les points de la même façon : trois points pour un kefalé, un point pour un ra, et si un kefalé adverse est derrière un ra, il l’annule jusqu’à hauteur de trois points. »

Matl attendait impatiemment : « Qu’est-ce qui change, alors ? Les ra près du Khan sont prenables ?
- Non.
- Ils valent autant que les autres ?
- Non. Ils valent toujours trois fois plus.
- Ils gagnent de l’influence à plus d’une main ?
- Non. Il faut toujours être à moins d’une main pour avoir de l’influence, et donc gagner des points auprès du Khan.
- Alors ? On cumule tous les points ?
- Non, non. C’est toujours celui qui a le plus d’influence sur l’une des Puissances qui remporte ses points. Plus les points du Khan bien sûr…
- Alors ? »
Selim sourit à l’impatience de son interlocuteur. « Alors la première différence, c’est qu’on ne prévient pas quand on lance son kefalé. Et bien sûr, on essaye de le lancer avec l’étoile en dessous… »
Matl se mit immédiatement à réfléchir à ce que cela pouvait changer en termes de tactique, que de ne pas savoir quand l’adversaire lançait sa pièce maîtresse. Mais Selim enchaîna : « Et puis, on utilise un kefalé supplémentaire pour décider de quelle Puissance aura le plus d’influence. »
Matl redressa brusquement la tête, arraché à ses calculs : « Comment ça ?
- Ce n’est pas la Puissance qui a le plus de ra autour d’elle qui décide du côté où on compte les points. On lance un kefalé en l’air en le faisant tourner : s’il retombe avec l’étoile au-dessus, c’est la Reine qui l’emporte. Donc celui qui a le plus de ra près de la Reine marque ses points. Et si l’étoile est en-dessous, c’est celui qui a le plus d’influence sur la Prêtresse qui marque. Bien sûr, si quelqu’un a de l’influence sur le Khan, il marque aussi…
- Une variante lakne, ça… » Matl n’était pas vraiment dédaigneux, mais il n’était pas un Implanté, un runzatra symbiotique, pour rien. Et il ne cachait pas sa profonde affinité pour zbasu.
Kirun intervint en souriant : « C’est ça. Encore que, il y a une version intermédiaire où on se contente de ne pas montrer le kefalé. Et il y en a aussi une où ce n’est pas le nombre de ra près d’une Puissance qui détermine son influence, mais le nombre de points d’une même équipe. Du coup, c’est plus facile d’orienter le poids de l’une ou de l’autre, mais je trouve ça moins drôle, personnellement »

Matl replongea dans ses réflexions, essayant visiblement d’anticiper les différentes tactiques possibles de la variante ni’a, tandis que Kirun et Selim, ses adversaires, et Rin, son co-équipier, patientaient tranquillement.
Ils ne jouaient pas pour gagner, plutôt pour le plaisir, mais ça ne ferait pas de mal de rééquilibrer un peu les chances. Matl était vraiment très doué, et il n’y avait guère qu’en introduisant un peu de lakne qu’ils auraient une chance de faire durer la partie. Là, le score atteignait la barre fatidique des quarante-deux points vraiment trop vite. Finalement, Matl hocha la tête et tout le monde se remit en position pour une nouvelle partie.

fr/auteurs/lyne/reve_ordinaire/053.txt · Dernière modification: 2016/09/14 06:50 (modification externe)