Outils du site

fr:auteurs:anonyme:rapport154gajuea1774

Rapport d’activité 154GAJUEA1774

  • Rapport d’activité 154GAJUEA1774 par la Pacificatrice Xubvifba'i
  • Document confidentiel, Habilitation “Ébène” requise
  • Catégorisation : Vermisseau
  • Statut : Nettoyage demandé

La réception du rapport du Juge Nitci'api'a, en poste dans la région du Delta, au lieu-dit du Roc aux Oiseaux, a déclenché la nécessité d’une enquête sur place.

Le rapport faisait état de l’agitation d’un groupe de chercheuses suite à la disparition d’une ra nommée Vu'eker. Le Juge a préféré nous avertir rapidement, ayant déjà travaillé avec nos services sur un cas similaire ayant dégénéré. Le niveau d’alerte est actuellement très bas et quelques ajustements mineurs suffiront à rétablir la situation.

La région toute entière est déjà connue de nos services pour avoir un haut taux d’onirium, d’obsidienne et de tepsnium, ainsi que d’autres matériaux aux propriétés perturbatrices, favorisant un environnement lakne très actif ; heureusement, ces filons sont généralement inaccessibles du fait de la nature du Delta, la roche étant difficile à atteindre dans les marécages. Le Roc aux Oiseaux est un énorme monolithe surplombant le reste du paysage de plusieurs centaines de mètres, parcouru de nombreuses galeries dont certaines datent de plusieurs éons, avant l’incident Scarabée, et depuis la réouverture de la zone, nous avons déjà dû intervenir plusieurs fois.

Les ra de la région sont passionnées par les galeries anciennes dans le Roc et depuis plusieurs années, l’équipe dirigée par Samane explore et fait des hypothèses audacieuses sur les possibles passés du lieu. Samane étant un ra respectable, il veille au respect des règles de sécurité et jusque là son travail est resté dans des limites acceptables. Les couloirs sont aérés et vérifiés par des Automates avant toute exploration par des ra, les dégagements se font avec précautions, ce qui fait qu’aucun accident majeur n’a été à déplorer sous sa surveillance.

Vu'eker est une Tcara originaire de Natca, inscrite dans les registres depuis 261 ans, d’origine Oublieuse. Son portrait est joint au dossier sous la référence 154GAJUEA1774-20014. Elle n’avait pas fait l’objet d’enquête jusqu’à présent. Elle a passé 20 ans dans la Légion, puis plus de 50 ans à l’InfrAcadémie, étudiant et travaillant sur des sujets variés : Histoire, Géologie, Archéologie, Linguistique, Théorie des Arts, Chimie organique et inorganique, Probabilisme. La liste de ses thèses est jointe sous la référence 154GAJUEA1774-001457. Elles sont toutes assez consensuelles. Ses références en faisaient une recrue intéressante pour Samane, d’autant qu’elle n’en était pas à sa première exploration, ayant émaillé ses études de diverses expéditions et aventures.

Il est possible qu’elle ait été contaminée durant l’InfrA, probablement par le groupe 2646GUSNI, présent aux mêmes périodes. Je n’ai trouvé aucune trace à l’infrA, mais il faudrait mener une enquête plus importante pour s’assurer que tout risque de contagion est écarté. Le problème a pu aussi venir d’une de ses expéditions, mais il est quasiment impossible de pister ses rencontres temporaires dans la Jungle ou le Delta, la plupart des groupes étant dispersés depuis longtemps. Enfin, les effluves venant des conditions particulières ont pu suffire à déclencher le phénomène, mais il semble étrange qu’elle ait été la seule touchée, en si peu de temps et avec tant de force.

Vu'eker s’est intégrée discrètement au groupe de Samane. C’est-à-dire que dans les premiers temps, elle était si discrète que personne ne s’est réellement lié avec elle ; en même temps, elle ne dérangeait personne et ne posait aucun souci. Elle mangeait avec les autres, restait à écouter les histoires le soir, accomplissait son travail et donnait son avis si on le lui demandait. Ses collègues m’ont raconté qu’elle donnait parfois des réponses étranges, mais il est possible qu’il s’agisse d’une réinterprétation de leur part. L’enquête s’étant faite discrètement, je n’ai pas pu dérouler les fils de leurs mémoires. En tout cas, les journaux tenus par les unes et les autres ne révèlent rien de bien inquiétant jusqu’au 60 pavdei 1329. Suite à une fête où des psychotropes ont été consommés par la plupart des membres du groupe, un des ra, Xekfik, écrit dans son journal :

“Vu'eker était complètement stone. Elle m’a collé toute la soirée en baragouinant des trucs incompréhensibles à propos de choses antiques à ne pas réveiller… Elle tournait en boucle sans répondre précisément à rien de précis. Elle m’a tellement lassé que je l’évite depuis ; je n’ai même pas envie de savoir si elle sera plus cohérente à présent qu’elle est redescendue.”

Xekfik semble avoir continué à l’éviter par la suite.

À partir de là, les témoignages des journaux font régulièrement état des déclarations de la ra, corroborés par les souvenirs des autres membres de l’équipe. Difficile de dire si la paranoïa de Vu'eker était déjà présente et s’est épanouie à ce moment, ou si les questions de ses collègues l’ont confortée dans ses délires. Elle avait monté tout un système très convaincant à partir de civilisations cachées et perdues, de savoirs impies, et de “choses” antiques qui attendaient dans les galeries les plus profondes. À d’autres moments, elle déclarait pouvoir discerner un motif dans les courbes des tunnels et les restes des anciennes occupantes, motif qui servait selon elle à entrer en contact avec d’autres Réalités dont la nature était à même de plonger les ra dans le chaos.

Cette hérésie aurait du suffire à ce que nous soyons alertées, mais il est à mettre au crédit de l’équipe de Samane leur grande résilience. La plupart des ra ont considéré que Vu'eker avait un léger grain et n’ont pas ajouté foi à son histoire à ce moment-là. Elles n’ont pas non plus alerté le Juge, car Vu'eker bénéficiait d’un certain crédit pour ses thèses plus traditionnelles et elles ne voulaient pas se priver d’une scientifique de talent. “On n’allait pas déclencher du bazar, tout ça pour quelques lubies” a déclaré Samane, “d’autant que ça aurait retardé les travaux ; ça aurait même pu les faire cesser.” Cependant l’une des ra, Jikgu'iram, m’a raconté que Vu'eker lui avait montré des documents troublants qui appuyaient certains de ses dires. Je n’ai pas trouvé trace de ces soi-disantes “preuves” : ont-elles disparu avec Vu'eker ou sont-elles l’un des symptômes du mal ? Jikgu'iram est actuellement une des ra qui demandera le plus de surveillance et de réparation.

La folie de Vu'eker présentait la plupart des symptômes traditionnels du Vermisseau ; elle était construite et documentée, suivant une logique acceptable. Renforcée par Lakne et les énergies ambiantes, elle s’est insinuée dans tout le campement. Cela aurait pu avoir peu de conséquences si Vu'eker n’avait pas répété encore et encore que “on” la ferait taire ; que “Elle” viendrait effacer tout ça si “Elle” était prévenue. Visiblement la menace était personnifiée, même si Vu'eker n’a pas été très précise dans les détails. Pour les ra ici, il peut aussi bien s’agir de la Grande Prêtresse Bonpha que de la Police dans son ensemble, de la Reine Rouge ou de la Crypte, de Mam'Ucika ou de je ne sais quelle fantasmagorie locale. La disparition de la ra a cristallisé l’angoisse latente et a donné du corps à ce qui était jusque là attribué aux “délires d’une folle”.

Vu'eker a disparu du jour au lendemain, avec toutes ses affaires. Le soir, elle est allée se coucher, et elle n’était plus là au matin. Nul ne l’a vue partir, nul n’a vu quelqu’un lui rendre visite à sa cmuzda. On pourrait presque croire à un Effacement, si son souvenir n’était pas aussi vivace dans les mémoires. Au bout de quelques jours, le Juge a été prévenu, puis je suis arrivée, dans le rôle d’une journaliste avide de gros titres. Les ra ont été prolixes. D’après elles, Vu'eker racontait juste avant sa disparition qu’elle était proche de pouvoir révéler la “Vérité” au monde.

À ce stade, j’ai deux hypothèses :
— Vu'eker est partie d’elle-même, sans doute rongée par l’Oubli, et nous la retrouverons à un moment ou un autre.
— L’Oubli l’a peut-être renvoyée dans les Brumes directement.

Toute autre hypothèse serait aberrante.

Je sais qu’aucun de nos services n’a agi sur cette ra, aucun rapport ne la mentionne. La situation sera évidemment différente lorsque nous l’aurons retrouvée ; si nous la retrouvons, car je n’ai trouvé aucune trace d’elle pour le moment. La procédure de surveillance restreinte a été activée sur RevInc sur le Delta dans son entier et les régions limitrophes, mais il semble douteux qu’elle utilise leurs services. Je ne peux pas accorder de crédit aux monstres dont elle a peuplé les rêves des ra… cependant, je dois avouer qu’après avoir baigné plusieurs jours dans cette ambiance, je me pose parfois des questions. D’où la classification du rapport.

Je requiers un nettoyage simple de la zone, avec Effacement des passages problématiques dans les journaux et mémoires des ra. Comme indiqué plus haut, l’équipe de Samane est constituée d’individus résilients et il ne me semble pas nécessaire d’Effacer trop largement ; seules les histoires de Vu'eker posent souci. Il pourrait aussi être profitable de réécrire sa disparition en simple départ vers Natca, puis disparition sur le chemin ; l’environnement suffit largement à justifier qu’une ra n’arrive pas à destination.

Je demande aussi un effacement de ma propre mémoire à l’issue de l’enquête. Je sens que je pourrais être un vecteur potentiel si la situation persistait. Les convergences des diverses affaires Vermisseau sur lesquelles j’ai travaillé sont trop troublantes et il m’arrive de m’interroger sur les liens qui existent entre les différentes affaires.

fr/auteurs/anonyme/rapport154gajuea1774.txt · Dernière modification: 2018/08/24 12:48 par Lyne