Outils du site

fr:auteurs:lyne:reve_ordinaire:011

Co'o

« Kirun ? Y’a un ra bizarre qui te demande à la surface. »
La cuisinière tourna la tête vers l’ouvrier agricole qui l’avait interpelée : « Un ra bizarre ? Qu’est-ce que tu appelles un ra bizarre ? »
L’ouvrier haussa les épaules en se servant un en-cas : « Je ne sais pas. Ucikara, pas d’interface, habillé comme ils le sont dans les Monts de Givre, tu sais. » L’ouvrier fit un geste vague qui devait évoquer des vêtements chauds et épais. « Il doit crever avec la chaleur qu’il fait là-haut, mais il reste juste là à te demander. Je lui ai dit qu’il n’avait qu’à descendre, s’il voulait te voir, vu que tu n’allais pas lâcher la cuisine comme ça, mais il a juste dit qu’il préférait attendre dehors. Bizarre, quoi. »
Kirun réfléchit : « Bon. Merci pour l’information. » Et elle retourna vers la partie de la pièce où ses aides s’activaient.
« Tu ne vas pas voir ce qu’il veut ? » Même la bouche à moitié pleine, l’ouvrier avait l’air surpris.
Kirun se pencha sur une préparation pour la goûter : « Il a dit qu’il préférait attendre. Donc il va attendre ma pause. »
L’ouvrier la regarda encore un instant, puis il partit s’asseoir pour manger. Il n’allait certainement pas risquer de se fâcher avec la cuisinière pour un ra bizarre qu’il n’avait jamais rencontré. Mais il aurait bien aimé savoir ce qu’il voulait, ce type, quand même.

-o§o-

A la pause de l’après-midi, Kirun prit sa chope, quelques gâteaux, et remonta à la surface.
C’était l’été et il faisait beau. Et chaud.
L’ouvrier avait raison : ce n’était pas le Salargug, mais il valait quand même mieux privilégier les vêtements légers. Kirun resta à l’ombre du bâtiment quelques minutes, pour habituer ses yeux à la lumière et son corps à la chaleur ambiante.
Elle en profita aussi pour repérer le visiteur, assis dans l’herbe au bord de la route. En plein soleil. Et, effectivement, vêtu pour un climat bien plus rigoureux.

Elle s’approcha et le salua poliment : « Je suis Kirun. Tu voulais me parler ? »
Le ra leva les yeux vers elle mais ne bougea pas : « Je cherche la cuisinière en chef de cette exploitation. »
Kirun s’assit à côté de lui : « Ca tombe bien, c’est moi aussi. Un gâteau ? »
Le ra fouilla dans son sac : « Pas pour l’instant, merci. On m’a chargé de vous remettre ceci. » Il tendit un enregistrement sur krili à la cuisinière. Qui regarda l’enregistrement, sa chope dans une main, et ses gâteaux dans l’autre.
Elle posa sa chope dans l’herbe, et se saisit délicatement de l’enregistrement : « Et “on” a un nom ? »
Le ra secoua la tête : « Il a dit que le nom que je lui donne ne vous dirait rien. Et que le nom que vous lui connaissez n’avait pas besoin d’être réveillé. Il a dit aussi que vous pourriez partager le message, si vous le jugiez bon. »
D’un mouvement souple, le ra se releva et remit son sac sur ses épaules.
« Ainsi me suis-je acquitté de la tâche qui m’avait été confiée. Puissent vos Rêves être agréables, cuisinière. »
Kirun se releva également, mais avec moins d’agilité, encombrée par les gâteaux et le krili : « Puissent les vôtres vous guider sur le chemin du retour, chaman. »
Le ra sourit en secouant la tête : « Apprenti, tout au plus. » Il hésita, et regarda les gâteaux : « Il a dit aussi que rien ne valait votre tarte aux klum, mais que le reste n’était pas mal quand même. »
Kirun rit et lui tendit la pile : « Je ne vais surtout pas contredire votre “il”. Pour la tarte aux klum, revenez aux fêtes, et je verrai ce que je peux faire. »
L’apprenti chaman escamota les gâteaux dans une de ses poches, s’inclina une dernière fois, et s’éloigna rapidement sur la route.
Kirun ramassa sa chope, fourra l’enregistrement dans sa poche, et reprit le chemin de la cuisine. “On” disait peut-être beaucoup de bien d’elle, mais elle ne risquait pas de lire l’enregistrement avec ses doigts.

-o§o-

Même si elle avait le droit de partager l’enregistrement, Kirun préféra attendre d’être rentrée tranquillement chez elle le soir pour glisser le krili dans le lecteur de son terminal.
L’image qui se forma était de mauvaise qualité, et le son ne valait pas beaucoup mieux.
Ça grésillait, ça fluctuait, ça sautait, il y avait plein de parasites. Kirun n’avait jamais vu un enregistrement aussi pourri. D’un autre côté, s’il avait été fait dans les Monts de Givre, loin de l’influence de zbasu, ça n’avait rien de surprenant.
Mais ce n’est pas ça qui lui fit figer l’image.
Elle fixa avec stupéfaction le ra qui la regardait avec bienveillance, depuis ce qui ressemblait à l’intérieur d’une hutte enfumée.
Un ra ridé, voûté, décrépi, aux yeux enfoncés dans des orbites trop grandes, à la peau flasque et tavelée, aux cheveux clairsemés.
Kirun déglutit péniblement. Elle n’avait pas besoin d’écouter la suite. Elle savait ce que signifiait un tel délabrement physique.

Tristement, lentement, elle fit repartir l’enregistrement.
La voix était hachée et rauque, le souffle court, mais elle reconnut sans peine les inflexions chaleureuses de son vieil ami.
« Coi Kirun.
Il faudra plusieurs jours, probablement même quelques jeftu, à ce brave gars pour te trouver. Surtout que je n’ai pas été très généreux dans les explications.
D’ici là, j’aurai franchi le dernier pas, et retrouvé l’Oubli d’où nous sommes nés.
Je sais que tu me comprendras et que tu ne me jugeras pas. J’espère qu’il en ira de même pour ceux qui m’ont connu, il y a longtemps, dans le seul foyer où je me sois jamais senti libre. Le seul endroit où on m’ait accepté pour ce que je suis et pas pour ce que je représente.
C’est à toi que je le dois, ce foyer. Et avec lui, la force de retourner suivre le chemin que mes ancêtres et les Sages de mon clan avaient tracé pour moi. Je voulais que tu saches que c’est le souvenir de tes coups de balai qui m’a permis de tenir aussi longtemps.
Mais il est trop tard maintenant, et j’en ai assez.
Co’o Kirun. Si les Sages ont raison, je reviendrai. Et alors, je repasserai te voir et nous pourrons à nouveau parler de tout et de rien en regardant les étoiles. Mais j’espère qu’ils se trompent. Je suis fatigué. Tellement fatigué.
Puissent tes Rêves croître et embellir, Kirun. Ma bénédiction, pour ce qu’elle vaut, t’accompagne. »

L’enregistrement se termina, et Kirun resta assise, fixant le vide qui avait remplacé l’image crachotante, perdue dans ses souvenirs. Ca faisait quoi ? Cinquante ans ? Soixante ? Au moins ça…

Finalement, au bout d’un temps indéterminé, elle tendit le bras et entra une fréquence personnelle sur le kom. Ce n’était pas une bonne façon d’annoncer ce genre de nouvelles, mais elle n’avait pas envie de traverser les couloirs et de tomber sur quelqu’un qui voudrait discuter, ou pire, plaisanter.

Ceppers répondit presque aussitôt, riant à moitié : « Kirun ? T’es malade ? Qu’est-ce que tu fais sur le kom à cette heure-ci ?
- Coi Ceppers. Cem est avec toi ? »
La responsable des équipes de maintenance dut entendre la gravité, ou peut-être la tristesse, dans sa voix, car elle changea immédiatement de registre : « Elle se lave à côté. Qu’est-ce qui se passe ?
- J’ai reçu un enregistrement cet après-midi. D’une vieille connaissance. Je suppose qu’il vous concerne aussi.
- D’accord. On arrive de suite. »
Kirun coupa la communication en attendant Ceppers et sa compagne. Le couple le plus improbable qu’elle ait jamais rencontré : l’ucikara qui avait quitté son clan avec perte et fracas en jurant de ne plus jamais avoir à faire à un chaman, et la tcara qui avait abandonné la Symbiose et fait le tour de tous les clans ou presque pour en apprendre davantage sur les Rêves.
Contre toute attente, ou peut-être à cause de leur relation si contrastée, elles avaient été très proches du ra qui venait de lui dire adieu. Et c’était probablement à elles qu’il avait pensé en disant qu’elle pourrait partager l’enregistrement.

On frappa légèrement à la porte, et elle alla ouvrir. Ceppers et Cem entrèrent rapidement – la seconde avait visiblement écourté ses ablutions, et avait encore les cheveux humides.
Sans un mot, Kirun relança l’enregistrement et s’écarta pour laisser ses visiteuses en prendre connaissance. La qualité était vraiment pourrie. D’où elle était, et ce n’était pourtant pas si loin, elle avait du mal à distinguer les mots. Mais elle n’en avait pas besoin. Ils s’étaient gravés dans sa mémoire et dans son cœur.

L’enregistrement se termina, et un silence pesant s’installa.
Cem finit par se retourner vers Kirun : « Tu crois qu’il a déjà … ? »
La cuisinière hocha la tête : « Tu le sais probablement mieux que moi. Si son désir d’Oubli était assez fort pour affecter son apparence physique à ce point, je n’imagine pas qu’il ait tenu plus d’un jour après avoir expédié le message. »
Ceppers sourit sombrement : « En fait, je parie qu’il a tenu uniquement pour envoyer le message. Il savait que tu le poursuivrais dans les Brumes à coups de balai s’il partait sans te dire co’o. »
Kirun remercia Ceppers de sa tentative d’humour d’un petit sourire triste, mais le cœur n’y était pas.

Elle récupéra l’enregistrement, puis hésita : « Vous en voulez une copie ? Ca sera probablement encore pire en qualité, mais… »
Les deux compagnes échangèrent un regard, puis Cem secoua la tête : « Non. Merci. Garde-le, mais… Je ne crois pas qu’aucune de nous deux aura le courage de le revoir. » Il y avait des larmes dans ses yeux et dans sa voix.
Kirun accepta d’un signe de tête, pas convaincue de maîtriser davantage sa propre voix, et alla ranger le petit krili dans une boite toute simple. La boite où elle rangeait toute sa richesse, les souvenirs des vies qu’elle avait croisées.

Puis elle se dirigea vers sa petite cuisine, y prit une bouteille et trois verres, et revint s’asseoir avec ses visiteuses. Ensemble, elles burent en évoquant les bons souvenirs de leur ami disparu.
Quand Ceppers et Cem sortirent dans le couloir et prirent la direction de leur appartement, elles titubaient nettement. Mais elles ne pleuraient plus.

Kirun n’était pas très stable non plus, mais elle finit de nettoyer les verres et rangea la bouteille vide.
Puis elle alla se mettre au lit en souhaitant silencieusement à son vieil ami que les Brumes lui accordent cet Oubli qu’il désirait si ardemment.
Et qu’elles lui offrent une meilleure vie si elles le renvoyaient dans le Khanat.

fr/auteurs/lyne/reve_ordinaire/011.txt · Dernière modification: 2016/09/14 06:50 (modification externe)