Outils du site

fr:auteurs:lyne:reve_ordinaire:010

Au rapport

« Alors ? »
Kirun grimaça. L’intendant n’avait même pas attendu qu’elle soit chez elle pour l’appeler, et avait carrément préféré se poster sur son trajet. Elle se retourna vers lui : « Vous voulez vraiment discuter dans le couloir ? »
L’intendant, sans un mot de plus, se dirigea vers son bureau.
La cuisinière le suivit en soupirant : elle aurait bien aimé boire un petit quelque chose après sa journée, mais elle comprenait son anxiété.
Encore que… ça ne lui donnait pas tous les droits.

Elle prit donc son temps pour s’installer confortablement dans un fauteuil en arrivant dans le bureau.
« Alors ?
- Alors je prendrais bien une tasse de tcay, merci. »
L’intendant la foudroya du regard, ouvrit la bouche, et se ravisa. Il se força à se détendre et se dirigea vers la carafe dans un coin, dont il versa deux tasses. Il en tendit une à sa subordonnée, qui l’accepta avec grâce, en sirota une gorgée et s’adossa dans le fauteuil : « Y’a pas à dire, vous savez préparer le tcay. »
L’intendant renifla ironiquement. Tous deux savaient parfaitement que la carafe venait de la cuisine, qui alimentait l’administration quasi en flux continu. Une plaisanterie récurrente voulait d’ailleurs que le tcay ait remplacé lakne et zbasu comme énergie motrice de ce service.

L’intendant s’installa à son tour avec sa tasse.
Il se réfrénait aussi poliment qu’il le pouvait, mais il était évident qu’il bouillait de connaître l’avis de la cuisinière sur sa dernière recrue en date.
Celle-ci but encore une gorgée, autant parce que cela lui faisait vraiment du bien que pour marquer qu’elle n’était plus de service, avant de se décider à répondre : « Alors, pour ce que ça vaut, je pense que c’est un officier supérieur, ou un futur officier supérieur, qui a besoin de se souvenir qu’il y a des vrais ra derrière la richesse de son kastron. Des ra qu’il dirigera peut-être un jour, mais qu’il devra aussi protéger et comprendre s’il ne veut pas se faire mettre dehors. »
L’intendant fronça les sourcils : « Supérieur à ce point là ? »
Kirun haussa les épaules : « Vous vouliez mon avis. Je ne dis pas que c’est le futur kefalé. Mais je suis prête à manger mon balai s’il ne rejoint pas le cercle de ses proches conseillers dans les années ou les décennies à venir. »

L’intendant rumina un moment l’information, et Kirun en profita pour se resservir une tasse. Elle en avait bien besoin.
Former un nouveau était toujours épuisant. Ce n’était pas tant la technique, surtout s’il comprenait vite et qu’il était à peu près dégourdi, comme c’était le cas pour Dani.
Non, le problème c’était de l’intégrer dans l’ensemble, le tout complexe et mouvant, que constituait l’équipe de la cuisine. Ça perturbait toujours ses sensations, ça provoquait des remous, et ça pouvait prendre un certain temps avant qu’il ne trouve sa place.
Elle espérait que celui-ci serait capable de jouer suffisamment le jeu pour se fondre dans le groupe, mais s’il laissait ses habitudes de commandement reprendre le dessus, ça allait forcément faire des étincelles à un moment ou à un autre.

« Ce n’est pas que je mette en doute vos conclusions, mais il faudra probablement que j’argumente un peu plus si je dois présenter ça aux grands chefs. »
L’intendant parlait sur un ton extrêmement prudent, et Kirun eut un sourire fatigué : « Arrêtez un peu. Je ne vais pas vous manger si vous me demandez simplement de vous expliquer comment j’en suis arrivée à cette conclusion. »

Elle ferma les yeux, repassant la journée dans sa mémoire : « C’est tout un tas de petites choses, en fait. Plus une intuition qu’une vraie construction logique. »
Elle avait toujours les yeux fermés, et l’intendant s’autorisa lui aussi un sourire. Kirun était bien trop proche de lakne pour montrer une quelconque déférence envers la logique, même si elle la manipulait bien mieux qu’elle ne voulait bien l’admettre. Et elle faisait la cuisine comme elle dirigeait son équipe – à l’instinct. Vu ses résultats, l’intendant n’allait pas s’en plaindre.

Apparemment indifférente aux réflexions de son interlocuteur, la cuisinière continuait : « D’abord, il se tient comme un officier. Deux pas exactement derrière son supérieur – ou vous, en l’occurrence.
Et il ne se considère pas comme un “journalier normal”. Il n’est pas dédaigneux, quand il dit ça, ni méprisant. Mais je pense qu’il sait ce qu’il vaut, et c’est plus que le commun des ra.
Il est même probablement assez haut pour pouvoir décider quand il peut ignorer les règles les plus courantes. » L’intendant se garda bien de signaler qu’il connaissait au moins une ra qui ignorait aussi les règles quand ça l’arrangeait.

« Ensuite, ce n’est pas grand-chose, mais… Quand j’ai remis tout le monde au boulot pour pouvoir lui parler tranquille, Zenova et quelques autres ont rigolé. »
Elle haussa les épaules. « Rien de bien méchant. On dirait que ça les amuse comme des gamins quand je fais la grosse voix. Mais lui, ça ne l’a pas détendu, au contraire.
Il aurait du se sentir mieux et se dire que je n’étais pas vraiment méchante au fond. Mais il s’est crispé. C’était à peine perceptible, mais… »
Elle rouvrit les yeux et regarda l’intendant. Celui-ci hocha la tête : « Je vois ce que vous voulez dire. Il a compris que c’était vous le chef, et que tout le monde suivrait votre décision sans discuter. Moi y compris, d’ailleurs, vu que je vous ai laissée complètement seule face à lui. Donc s’il ne vous avait pas convenu… »

Kirun médita la réponse : « Je suppose que ça se tient.
Enfin… Sinon, il se maîtrise très bien. Quand je lui ai dit que nous avions été prévenus de son arrivée » – l’intendant faillit s’étrangler – « Vous l’av… » – mais il s’interrompit presque aussitôt.
« Oui. Je l’ai prévenu. De toute façon, il s’en doutait probablement vu votre façon de débiter le salmigondis qui lui sert de nom sans trébucher sur une seule syllabe. Mais il n’a presque pas bronché. Pour un peu, je dirais même qu’il n’a pas bronché du tout. Mais je sais qu’il a été surpris. »
Elle secoua la tête : « Il a un côté désarmant. D’un côté, il est horriblement transparent dans la façon dont il admet implicitement qu’il n’est pas vraiment un journalier, et d’un autre, il pourrait avoir un masque quand il s’agit de réagir à ce qu’on lui dit. »

Elle réfléchit encore un instant avant de poursuivre :
« Et ce n’est pas un ra en disgrâce. Il reste loyal à son kagnivo. Plus qu’à son boulot actuel, c’est certain, même si je pense qu’il essayera honnêtement de concilier les deux autant qu’il le pourra. »
Elle ajouta à mi-voix : « En tous cas, il a intérêt à essayer. »

Elle vida sa tasse : « Voilà. C’est tout ce que je peux vous donner. Il n’est pas incompétent, au moins quand il s’agit de travailler à la cuisine ; je ne l’imagine pas en espion, même si je vous accorde que ce serait la meilleure des couvertures ; il m’a l’air honnête et pas particulièrement désagréable, même s’il peut sûrement être pénible si ses principes sont en jeu ; et il est probablement au moins aussi doué que vous pour démêler les interactions au sein d’un groupe. Après, vous pouvez toujours essayer de voir si quelqu’un le connaît à Hoslet ou à Natca. »

« Mais pourquoi nous avoir prévenus, alors ? » Visiblement, la question taraudait l’intendant.
Kirun haussa une dernière fois les épaules : « Aucune idée. Se torturer l’esprit pour savoir ce que pensent les autres, c’est votre boulot. Moi, je fais la cuisine. »
Elle se leva et reposa sa tasse vide : « Merci pour le tcay. »
Puis elle se dirigea vers la porte, avant de se retourner brusquement : « Oh ! » Elle regarda un bref instant l’intendant avec ce qui aurait pu être de la compassion : « Et il ne le montre pas, mais c’est un symbiotique. »
L’intendant répondit d’un léger hochement de tête, et Kirun l’abandonna à ses réflexions.
Elle espérait ne pas s’être trompée sur le compte de Dani.

fr/auteurs/lyne/reve_ordinaire/010.txt · Dernière modification: 2016/09/14 06:49 (modification externe)