Outils du site

fr:auteurs:khagool:regression:profanidea

lo palci pilno stidbo (les profanideae)

Or donc, les idées gagnaient en force, elles décrétèrent que le Néant existait, en tant qu'idée, mais n'était pas réel. C'était la résolution du paradoxe primal : le Néant existe mais n'est pas réel. Cela impliquait qu'il y avait quelque chose de réel, qui enlevait au Néant sa réalité. C'est ainsi qu'apparut la matière, et l'univers réel, que nous connaissons, baigné dans les idées, apparut.

Le problème des idées fut alors qu'elles non plus n'étaient pas réelles, elles se contentaient d'exister, et d'observer le réel. C'est alors que l'idée de vie fit son chemin vers le réel, et la vie apparut. Très vite, l'idée d'une vie intelligente émergea aussi.
Les premières vies intelligentes pouvaient donc se trouver investies d'idées : même si elles pensaient que c'étaient elles, les formes de vies intelligentes, qui donnaient naissance aux idées, c'était en fait l'inverse, les idées manipulaient les formes de vie intelligentes, ce qui leur permettait de jouer avec le réel. Étant donné que les idées pouvaient dès lors agir avec la réalité, c'est qu'elles étaient devenues réelles. Elles avaient ainsi quitté le Néant et la simple existence pour accéder à la réalité.

C'est ainsi que se définissent les profanideae : ces idées profanatrices qui investissent les êtres conscients et intelligents pour diriger leur existence vers un but qu'elles seules, idées, veulent, et non la pauvre créature qui en devient l'esclave, l'espace d'un instant pour les idées furtives, ou durant toute une vie pour les idées tenaces, les idéaux.

fr/auteurs/khagool/regression/profanidea.txt · Dernière modification: 2016/09/14 06:52 (modification externe)