Logo Khaganat
Traductions de cette page?:

Discussion : Cantique des Éons

J'ai trouvé la trame du cantique des Éons. Mais j'ai une haute ambition pour ce texte.

Un éon est composé d'un certain nombre d'évènements qui le rythment. Le Cantique, comme l'Horloge, est une façon de savoir “où on en est”. Mais bon, c'est pas drôle si c'est évident et si ça ne se prête pas à mille interprétations. Ici, je vous propose une suite d'évènements probables (et probablements cycliques) ; l'idée est ensuite de les rendre dans un langage ésotérique et symbolique, en lojban, en dessin, etc.

La structure du Cantique se divise en 24 strophes (de la longueur qu'on veut, hein) correspondants à 24 évènements, 24 étapes dans l'avancée du monde, 24 périodes de temps. Ces 24 strophes se groupent en 4 ères. Cela se lie à la symbolique du jour, de la semaine et des saisons. On commence au “Printemps”, lorsque la vie renaît sur le Khanat, et on finit en Hiver, lors que tout s'endort. Minuit marque la fin d'une réalité et le début d'un rêve.

Ce “cycle” correspond aussi (dans la logique des Ordinants) à la vie d'un serveur, d'une communauté…

Le Cantique des périodes (brouillon)

Printemps

Bouillonante, cette période marque la sortie du lirr'ia, lorsque tout est en germe, le moment où tout devient possible.

Première Heure : Le Chant et l'Oeuf

Des Brumes naît un chant
Et de ce chant un oeuf
Et dans cet œuf un être
Et cet être chante sa propre vie.

C'est un temps mythologique. D'après les ra, le Khan se rêve dans la Brume, et se rêvant, il (re)créé le Khanat. L'oeuf est une image importante, ainsi que le son (chant, musique, cri… bref le Verbe), on les retrouvent déjà un peu partout dans la cosmogonie. C'est tout simplement le moment où le lirri'a cesse et commence à refluer.

Deuxième Heure : Le Reflux

Les Brumes reculent, laissant les terres du Khanat émerger, ainsi que ceux qui les habitent. Le Khanat se reconstruit après cette période de sommeil, la créativité bat son plein.

Pour nous, c'est le moment où le serveur est en ligne, pour un petit comité, jusqu'à ce qu'il commence réellement à avoir du monde.

Troisième Heure : La Caverne

À l'inverse du mythe de Platon, c'est le moment où les ra recolonisent Ratmindju, sous terre.

Dans un éon, cela va marquer le moment où Tcara et Ucikara deviennent deux espèces différentes, les premiers restants sous terre.

Pour nous, c'est le moment où nos moyens techniques nous permettront de modéliser Natca, entre autre, et de donner un véritable sens à un grand centre urbain.

Oui, ça veut aussi dire qu'avant ça, si le Khan est parmi les ra… il n'est pas dans son Palais. Ça fait un Khan très accessible, hein ?

Quatrième Heure : Les Institutions

Le retour des Grandes Institutions du Khanat : la Crypte et la Police des Rêves, entre autre. Ça ne veut pas dire qu'elles n'existent pas avant, mais qu'à ce moment, elles se structurent, deviennent des poids lourds. Les ra s'aventurent dans les profondeurs de la Crypte.

Dans un lointain Éon, cela marqua le moment où le lieu de la Crypte fut découvert sous la Montagne d'Ambre.

Au niveau de la vie de la communauté, cela marque aussi le moment où il y a assez de monde pour ne plus être uniquement dans le mode “copain” et avoir une gestion plus stricte des droits et de la modération.

Cinquième Heure : Fenra

Jusqu'ici, c'était tranquille. Mais vient le moment de la première grosse épreuve. Cela peut être, entre autre, une vraie belle fenra, ou une suite de fenra, qui menacent le Khanat. Ces fenra sont intimement liées au concept du Code de l'Honneur.

Techniquement, les Fenra vont sans doute être un beau défi à coder donc… autant les mettre un peu plus tard !

Sixième Heure : Ceux qui servent

Lors d'un des Éons, c'est à cette période que les Automates furent inventés. Bon, ok, mais il n'y a pas eu des Automates avant, alors… ça correspondait à quoi ?

Voyons voir, une structure de société où certains ont dû commencer à bien asseoir leur pouvoir, mais pleins de tâches à faire dont personne ne veut… On ne le dira pas trop fort, mais il est évident que c'est la période où l'utilisation d'une “sous-caste” se met vraiment en place. Des robots sans âmes dans le meilleur des cas, mais on peut imaginer bien moins sympathique.

C'est aussi la fin de la première Ère, celle de la germination, pour arriver dans la phase de la consolidation.

Été

Moment où les structures se figent, non sans douleur ; où l'action domine, ainsi qu'un certain tempérament sanguin.

Septième Heure : La Horde

Il y a une classe dirigeante, tout en haut de la pyramide sociale, qui profite allègrement des autres en dessous. Les autres ont suffisament de compétences pour demander mieux. On voit alors le premier déchirement de la société civile du Khanat.

C'est souvent le moment où la Horde Sang fait sa première apparition. Lors d'un des Éons, c'est là que les Urbanistes furent créés, reprenant du pouvoir aux Créateurs.

Cette première guerre civile touche les populations avant tout ; les Institutions, elles, sont peu menacées.

Dans certains Éons, il n'y a pas de guerre civile, mais les Brumes qui reviennent un temps et menace des zones. C'est une période d'instabilité et de remise en question.

Huitième Heure : L'Éveil

Des pouvoirs changent de main, sont accordés à certains. Mais surtout… c'est le moment où une espèce, qu'on ne croyait pas ra, se révèle.

Lors de certains Éons, cela va marquer la découverte de la symbiose, la capacité des ra à passer de zbasu à lakne quel que soit leur caste de naissance. Dans d'autres, cela signe la (re)découvertes d'espèces qu'on croyait disparues, voir légendaires (comme les Ophidra). Cela marque aussi le moment où certaines espèces se mettent à rêver, tel que les Artificiels à un moment (et avant ça, sans doute, les spadzura, et, il y a encore plus longtemps, alors que le monde n'était qu'une soupe primitive, ce qui deviendrait les tcara et ucikara…).

Les ra rêvent
Les rêves font les ra

Neuvième Heure : Le Sacrilège

Un Sacrilège terrible est commis. Une remise en question de la nature profonde du Khanat.

Lors d'un des Éons (voir plusieurs ?), un Khan sera assassiné. Pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Alors que la première période de trouble touche la population, cette période-là touche les Institutions.

Dans certains Éons, ce moment n'a peut-être été que celui où un serviteur a trébuché et renversé le tcai sur le Khan…

Dixième Heure : Les Bâtisseurs

C'est la période des Grands Travaux. Après tous ces troubles, la société a du résoudre une bonne part de ses soucis et peut se mettre sur les projets pharaoniques (comment ça, on a pas attendu ce moment là pour ça ? Oui, ok, mais là ça se voit). Aqueducs, Chemins de Forces, Minarets… l'infrastructure du Khanat est construite, les ruines relevées, et tout marche. C'est souvent la période de la gloire de la Légion : après avoir été sollicité lors de la période précédente pour résoudre les troubles, on emploie son enthousiasme à asseoir une paix durable, via des réseaux de communication et de déplacements solides.

Onzième Heure : La Renaissance

Sur ce terreau profitable d'un monde pacifié et confortable, l'Art et la Science peuvent se développer. C'est l'heure des grands artistes, des nouveaux courants artistiques, d'un élan créatif incroyable ; le moment aussi où les universités sont les plus prolifiques.

Douzième Heure : L'unicité

C'est aussi et surtout l'Apogée. Le monde est uni, en paix, flamboyant. Chacun est heureux.

C'est donc forcément un peu le début de la fin : une fois si haut, on ne peux que redescendre.

Trouver un genre d'évènement montrant à quel point c'est vraiment l'apogée.

Automne

Le travail a porté ses fruits, la récolte s'apprécie : c'est le moment le plus calme, le plus doux.

Treizième Heure : La Nostalgie

Regardant en arrière, certains ne peuvent s'empêcher de se dire que les moments les plus passionants ont déjà eu lieu. On entend beaucoup trop de gens dire “c'était mieux avant”. Cette heure voit prospérer les généalogistes, les archéologues, et les grands chantiers pour la conservation et la mise en valeur du patrimoine.

Quatorzième Heure : La Pantoufle

Les ra s'endorment dans leur confort douillet, racontant les histoires de l'ancien temps au calme près de leur cheminée. La société tout entière s'installe dans une routine confortable, élégante et de bon goût… enfin, surtout, confortable.

Quinzième Heure : le Trésor

Cette heure est souvent lié au mythe d'un ra qui accumule tant de trésor qu'il ne les voit même plus (dans l'esprit Crésus, Midas, etc…). C'est un reflet d'une époque engoncé dans un matérialisme et un certain ego, où rien ne vient déranger les ra ayant fait de judicieux placements.

Bizarrement, à l'Éon suivant, certains se mettront en quête de ces fortunes perdues lors du Printemps et de l'Été, Oubliant qu'ils les trouverons finalement à l'Automne, lorsqu'ils auront arrêtés de les chercher…

Seizième Heure : La Marmotte

Dans un petit patelin, une sorte de rongeur sort la tête à la fin de l'automne et proclame “Winter is coming”.

Cette heure s'étire sans fin, sans cesse, éternelle en elle-même. Rien de nouveau, rien de neuf, chaque jour ressemble au précédent et au suivant. Les mêmes tableaux chaque année sont présentés, la mode tourne en rond…

Ce non-évènement est un évènement en soi. Ho, et évidement, la marmotte (enfin, son équivalent khanatien). On sait qu'on est mal barré lorsqu'on se rerouve devant le rongeur en question.

Dix-septième Heure : Le Retour de la Justice

Une légende accompagne cette partie du Chant. Les Grands Juges sont censés tourner tous les cinq ans ; la plupart changent de métier avant d'avoir fait le tour de tous les kastrons. Il se dit que lorsqu'enfin un Juge revient sur sa première affectation, alors l'Éon a accompli un long Cycle, et c'est ce retour que le Chant célèbre.

Bon, c'est sans doute des bêtises.

Pour beaucoup de gens, cette heure est marquée par la résolution de vieilles histoires, de toutes sortes : énigmes enfin résolues, procès enfin finis, amours enfin vécu/fini, etc.

Dix-huitième Heure : La Grande Fenra

Comme en écho de la cinquième heure, les fenra marquent à nouveau un temps. Ici, la catastrophe vient surtout du fait qu'après un long temps si calme, les gens ont perdus l'habitude de la tempête. C'est d'ailleurs sans doute pour ça que LA fenra (oui, en général, il n'y en a qu'une qui va vraiment marquer les esprits, les autres seront vus comme mineures ensuite) se réveille : n'étant plus assez abreuvée selon les anciens rites, elle grossit et devient volcanique.

Cela agit comme un coup de fouet sur le Khanat somnolent. L'automne est fini, l'Hiver va vraiment démarrer.

Hiver

La fin se fait sentir, jusqu'au sommeil final.

Dix-neuvième Heure : Introspection

Les ra voient le temps écoulés dans le sablier, et la question terrible surgit : “qu'est-ce qu'on va devenir ?”

C'est la période où les religions prendront le plus d'ampleur, ainsi que les inévitables querelles de clocher qui vont avec, chacun s'efforçant d'évoquer un monde “meilleur” sans faire beaucoup pour améliorer celui qu'ils ont.

Même au sein des Institutions, ce caractère inquiet et batailleur se fait sentir, les divers administrations se tirant dans les pattes (gentiment mais avec application).

Vingtième Heure : Lame de fond

Tout paraît “comme avant” pour les ra, le peuple, la grande masse, mais des changements profonds sont à l'oeuvre. L'héritage se décide, l'ancienne garde prépare la nouvelle.

C'est à ce moment-là que des gens comme Bonpha, la Reine Rouge ou le Khan changent de “persona” : le masque reste le même mais celui qui le porte est un autre. Cela n'arrive pas à chaque fois (pas pour chacun d'eux) mais c'est régulier.

Vingt-et-unième Heure : La Marée

Les Brumes reviennent et grignotent le Khanat peu à peu, faisant baisser la population d'autant de territoires enlevés. Inexorablement, sans souci de la lutte des ra pour les faire reculer.

En revenant à l'optique “serveur”, cela correspond au moment où les joueurs désertent et le jeu se vide. Ça arrive aux meilleurs…

Vingt-deuxième Heure : le Sablier

Le temps va dans deux sens.

Dans certains Éons, le passé est incertain, et on chercher à le figer afin que le futur se réalise.

Dans d'autres, le futur est incertain, et on tente de le créer par les actions passées.

À la 22e Heure, les Institutions renversent le sablier, précipitant la fin, mais permettant aussi à travers ce geste qu'un renouveau vienne.

Vingt-troisième Heure : la Commémoration

Il reste bien peu de monde, et parmi ceux qui restent, il n'y a plus qu'une chose qui est faite : célébrer la messe du Khanat qui finit, se souvenir des temps jadis, de ces temps qui ne seront plus, en tout cas pas de la même façon.

Les minutes s'égrènent, interminables, vers le dénouement inéluctable.

Vingt-quatrième Heure : le Sommeil

Le sommeil vient,
Les emportant un à un
Seuls reste dans la cité
Les échos d'une vie passée

Les 24 Heures sont écoulées ; minuit sonne. Le Khanat s'endort enfin complètement… Mais, un nouveau Rêve va pouvoir commencer.

Hors du temps

Les Brumes sont là.

Une strophe leur est consacré, au début et à la fin du Cantique, afin que la boucle puisse reprendre.

Les Brumes ne sont pas une heure, elles sont “hors du temps et de l'espace”.

bartu lo temci .e canlu .i lo pamei cu'ordulni ku zasti (Hors du temps et de l'espace, les brumes, seules, existent. Qualité de ce lojban à vérifier…)

Côté musique

Vu la symbolique de base, je trouverais intéressant que le cantique ait quatre “mouvements”, chaque saison ayant sa coloration (bien que restant sur le même thème musical). Le printemps en ouverture, avec un crescendo progressif, l'été chargé d'épique mais aussi avec une coloration douce-amère, l'automne comme un long fleuve apaisé, l'hiver parsemé de discordance, de rythme fluctuant ou de notes oubliées.

Concernant le rythme, je pense qu'il serait intéressant de reprendre le tic-tac de l'horloge. Un bruit un peu mécanique, régulier (du moins, jusqu'à ce que l'irrégularité vienne montrer qu'on reste dans un monde changeant). Tic-tac, tic-tac, tic… Tic-tac ! :-D

Pour la métrique (et c'est là que ça devient costaud, vu qu'il faudra aussi faire avec ce qu'on pourra en lojban), se baser sur le 4 et le 6, ou leurs multiples, me semblent intéressant. Faudra que je développe ça dans un autre article (numérologie dans le Khanat ?) mais en gros, le 4 est associé à lakne et le 6 à zbasu (non, ce n'est pas arbitraire, ça c'est vraiment imposé au fil du temps dans les choix qu'on a fait !).

CC Attribution-Share Alike 4.0 International Driven by DokuWiki
talk/fr/cantique_des_eons.txt · Dernière modification: 2016/08/08 09:45 (modification externe)

Licences Mentions légales Accueil du site Contact