Outils du site

fr:auteurs:lyne:reve_ordinaire:058

Discussion sous les nuages

Kirun avait dispensé Dani du nettoyage du soir, et l’avait envoyé discuter avec son visiteur. Ça n’avait pas de sens de le garder plus longtemps. Et même s’il ne faisait rien de particulier, le ra à la si élégante tenue ne passait pas inaperçu dans la salle de repas.
En sortant de la cuisine, elle se rendit chez l’intendant : il était rentré, mais la porte de son bureau était fermée. Elle soupira, tergiversa un peu, et se décida finalement à monter à la surface. Il était tard et elle était fatiguée, mais elle avait besoin de retrouver le goût de lakne. Sans compter que, le lendemain, il allait falloir s’occuper des huit boites supplémentaires que Selim et Dani avaient trouvées. Elle se demanda distraitement si le fournisseur pourrait retrouver l’employé qui lui avait joué ce sale tour. Mais au fond, elle s’en fichait.

Elle sortit dans la nuit, et inspira une grande bouffée d’air frais. Le printemps était officiellement arrivé, mais les nuits ne se réchauffaient pas encore vraiment. Kirun leva la tête vers le ciel, où les nuages masquaient les étoiles et voilaient la lueur de Zabr. Lentement, la cuisinière se dirigea vers son coin favori.
D’habitude, elle y prenait le soleil, mais là, elle regrettait soudain de ne pas avoir amené quelque chose de chaud à mettre par terre pour s’asseoir. En tournant le coin du bâtiment, elle eut pourtant la surprise de découvrir une couverture déjà posée au sol. Une couverture occupée, certes, mais assez large pour deux. Elle s’approcha, vaguement amusée.

Le visage tourné vers le ciel, adossé contre le mur, le ra assis avait les yeux fermés. Ce qui ne l’avait pas empêché de l’entendre arriver : « Je ne comprends vraiment pas ce que tu trouves à ce genre d’activité… »
Elle s’assit à côté de lui avec un soupir fatigué : « Normalement, je fais ça en été, quand il fait beau et chaud. Il faut être cinglé pour venir ici en cette saison. Enfin… ça pourrait être pire, il pourrait neiger. »
Dani sourit, les yeux toujours clos. « Si tu le dis… »
Le silence s’installa. Kirun ferma les yeux à son tour. En général, elle aimait regarder le mouvement des nuages. Même si elle n’y voyait pas la démonstration des infinies possibilités de lakne que certains mystiques voulaient y trouver, elle appréciait leur spectacle éternellement renouvelé. Mais ce soir, elle avait davantage besoin de sentir le monde que de l’admirer.

Lentement, elle se laissa aller, glissant jusqu’à la lisière du sommeil, mais gardant assez de contrôle pour ne pas risquer de passer dans le Monde du Rêve. Elle ne savait pas si cet endroit spécifique favorisait la transe, ou si elle y avait juste pris ses habitudes, mais elle préférait être prudente. Le Monde du Rêve n’était pas un endroit où on pénétrait à la légère. Lorsque Dani finit par parler, elle avait pratiquement oublié qu’il était là. « Par curiosité, qu’est-ce que tu as deviné ? Tout ? »
Kirun rouvrit un œil. Les nuages roulaient toujours lentement sur la vague luminescence de Zabr. « Je ne sais pas ce que c’est que “tout”. Mais il n’y a pas besoin d’avoir passé tout l’Éon à l’InfrA pour comprendre que tes vacances sont finies. Je suis même surprise que tu ne sois pas déjà en train de faire ton sac.
- Ça, ça dépendra de l’intendant. »
La cuisinière haussa un sourcil surpris : « Je n’ai pas eu l’impression que ce messager était du genre à accepter nago’i comme réponse.
- Peut-être, mais j’ai passé un contrat de bonne fois, et mon Honneur ne m’autorise pas à le briser juste parce que ça arrange mon kagnivo.
- C’est ce que tu lui as dit ?
- Plus ou moins. »
Kirun secoua lentement la tête : « D’accord. Et pourquoi est-ce qu’il a accepté une excuse pareille ? »
Elle entendit le sourire fatigué de Dani dans le noir. « Parce qu’il avait juste besoin d’une excuse à peu près potable à présenter à ma mère en rentrant.
- Ta mère…
- Oui. »
Les yeux toujours levés sur les nuages, Kirun soupira. « Il se serait quand même nettement facilité la vie s’il était passé il y a deux jeftu. Avant la Fête du Printemps. »
Dani se mit à rire doucement : « Il ne fonctionne pas comme ça. Il n’a pas peut-être eu le message que récemment, mais si je devais parier, je dirais plutôt qu’il trouve ça beaucoup plus drôle de venir maintenant et d’embêter plein de monde avec cette histoire. Il adore ça. »

Le ra se tut un moment, et Kirun le laissa organiser ses pensées.
« Il s’appelle Xu’ecerni’i Sarvazin’i. »
La cuisinière, surprise, lâcha : « Sarvazin’i ? »
Son aide hocha la tête : « Go’i. C’est lui, mon deuxième cmedu’a. Techniquement, c’est aussi mon bisaïeul par ma mère, et c’est elle qui a insisté pour qu’on l’intègre dans mon cognomen court. Il paraît que ça a fait pas mal d’histoires à l’époque, parce qu’il a toujours été un peu à part de la hiérarchie du kagnivo. Pas tout à fait dans le moule. Pas tout à fait conforme au Code. Et qu’on n’est pas censé donner ce genre de modèles à un ra qui commence à se Rêver. »
Dani ricana : « En même temps, personne ne s’aviserait de le lui dire en face. Il a une façon bien à lui de régler ses comptes. De préférence en vous collant une honte monumentale en public, mais de telle sorte que tout le monde, y compris sa victime, se retrouve à rire avec lui au final. Sans compter qu’il a un carnet d’adresses juste incroyable… Un jour, j’ai entendu quelqu’un à la Cour, prétendre qu’il avait été l’amant de la Reine Rouge. Ce n’est probablement qu’une rumeur sans fondement, mais… Disons que, certains jours, ça paraît tout à fait crédible. Et si elle n’est pas sur la liste, il y a un paquet d’autres noms presque aussi prestigieux ou puissants… »
Il s’interrompit une nouvelle fois : « Moi, je l’aime bien. Et il est l’un des rares qui aurait pu me convaincre de rentrer sans avoir à me l’ordonner. Mais il a aussi largement assez d’autorité… Encore que, ce n’est peut-être pas le bon mot. Assez d’influence pour justifier que je ne rapplique pas au petit trot lorsqu’on me siffle. Et le fait même que ce soit lui qui soit venu délivrer le message signifie que ma mère, et notre cheffe, savaient parfaitement que je risquais de refuser. Et qu’elles étaient prêtes à l’entendre.
- Pourquoi l’avoir envoyé, alors ? » Kirun était perplexe.

Dani réfléchit à nouveau en silence. Quand il reprit, il parlait lentement, choisissant soigneusement ses mots. « Il y a plusieurs raisons pour lesquelles je suis ici. L’officielle, c’est pour la galerie, et personne n’y croit de toute façon. Enfin, personne de ceux qui comptent vraiment.
L’officieuse, c’est que je suis trop innocent et que ça fait de moi une cible trop facile pour certains coups bas, et qu’il valait donc mieux que j’évite de traîner dans les pattes de ceux qui connaissent ce genre de pratiques, le temps qu’on ait fini de régler nos comptes avec… enfin, avec un kagnivo qui nous titillent depuis quelques années. »
La cuisinière haussa les sourcils, surprise. “Innocent” n’était pas exactement un mot qui lui serait venu à l’esprit pour qualifier l’officier à côté d’elle. Mais elle le laissa poursuivre sans l’interrompre.
« Il ne me l’a pas dit exactement en ces termes, mais c’est bien ce que sous-entendait le kefalé quand il m’a envoyé ici. »
Kirun l’entendit hausser les épaules.
« Le connaissant, je me doutais bien qu’il y avait probablement d’autres raisons, plus ou moins honnêtes. Parce que, s’il y en a bien un qui n’a plus grand-chose à apprendre en matière de coups tordus, c’est bien lui… Mais là… »
Il secoua la tête.

« Je ne sais pas si tu sais qui est ma mère. Je suppose que oui.
- Elle est Vo’a, la Voix de ton kagnivo à la Cour.
- Ça va un peu plus loin que ça, mais c’est l’essentiel, oui. Officiellement, elle représente les décisions du kagnivo à l’extérieur. Dans la pratique, elle doit parfois prendre rapidement des décisions sans pouvoir en référer à qui que ce soit. Et le kagnivo doit alors la suivre ou la désavouer. »
L’humour teinta soudain la voix du ra : « Voilà, c’était “la politique pour les pluknai”, par Ridan’i Polkur’i Fremden’i Sarvazin’i Deton’i Zelezin'i. »
Kirun rit doucement, et il reprit.
« Plus sérieusement, ça veut dire que tout ce qu’elle dit, ou fait, est scruté à la loupe, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du kagnivo. M’autoriser aussi explicitement à donner la priorité au kastron, ou plutôt aux ra du kastron… Techniquement, ça ne change pas grand-chose : mes compétences ne sont pas absolument indispensables pour la fenra » – Kirun frissonna à ce rappel, mais Dani ne parut pas s’en rendre compte – « encore moins tant qu’on ne l’a pas trouvée, et je ne pense pas qu’un ra seul puisse faire la différence de toute façon. Mais en terme d’image…
Tu te souviens, quand tu m’as dit que le Khanat, ce n’était pas juste le Rêve du Khan ? Que c’était le Rêve de tous les ra qui y vivent ? »
La cuisinière grommela : « Je ne me souviens pas d’avoir jamais dit un truc aussi grandiloquent.
- Peut-être pas en ces termes. Mais je pense que ma mère est d’accord. Que ce soit par conviction, ou par calcul politique pour gagner de nouveaux soutiens, voire les deux, elle a décidé de soutenir les ra du commun face à la Cour. Et je lui sers à faire passer le message. »
Kirun secoua la tête : « Mam’Ucika, préserve-moi de la politique…
- Comme tu dis… »

Le silence s’installa une nouvelle fois. La cuisinière frissonna de froid. Il était plus que temps de rentrer. Elle se leva : « Tu devrais aller dormir, Dani. Tu as du boulot demain.
- Il paraît oui. »
Mais il ne bougea pas, et Kirun commença à s’éloigner.
« Je ne m’en étais pas rendu compte, mais vous vous ressemblez beaucoup, Xu’ecerni’i Sarvazin’i et toi… »
La cuisinière se figea. « Mo ?
- Vous avez plein de points communs. Et pas seulement votre façon de remettre vos supérieurs à leur place. Il faudra que je te le présente un peu plus officiellement à l’occasion. »
Il était difficile de dire, à l’écouter, si Dani pensait ce qu'il disait ou se contentait de la taquiner, et Kirun préféra ignorer l’interruption. Elle attendit quand même d’avoir passer l’angle du bâtiment avant de grommeler : « Même pas en Rêve… »

fr/auteurs/lyne/reve_ordinaire/058.txt · Dernière modification: 2018/01/07 23:10 par Lyne