Outils du site

fr:auteurs:lyne:reve_ordinaire:049

Épidémie

L’intendant rasait les murs et évitait son bureau. S’il l’avait pu, il aurait attrapé la maladie qui clouait une partie non négligeable de son personnel au lit. Sauf que, pour l’instant, il avait échappé à toute contamination, ce qui le privait d’une excellente excuse pour ne pas voir Kirun.

La cuisinière était d’une humeur massacrante.
Les ra qui travaillaient en surface étaient plus touchés par l’épidémie que ceux qui passaient leurs journées sous terre. Et comme on était en pleine période de récolte, les réaffectations décrétées en urgence par l’intendant avaient favorisé les équipes agricoles au détriment des services des expéditions, de l’administration, et de la cuisine.
La maintenance s’en était tirée à peu près inchangée, avec quelques ra malades mais peu de renfort. Mais la cuisine subissait de plein fouet les ponctions, sans compter que sa charge de travail avait augmenté à cause des repas portés “à domicile” aux malades.
L’intendant essayait donc de garder la plus grande distance possible entre lui et le balai de sa subordonnée. Et remerciait tous les Ascendants mythiques, et même les Alternatifs Brumaires, que la cuisinière soit bloquée à son poste par le manque d’effectif.

Il se frotta les yeux, épuisé, et éteignit le terminal sur lequel il venait de consulter les cours du xunbavmi à Natca.
Toutes les Plaines semblaient touchées par l’épidémie, et la plupart des exploitations étaient contraintes de tourner au ralenti. Ce n’était pas encore la pénurie – et ça ne le serait probablement pas car les ra atteints en premier se remettaient et pourraient bientôt reprendre leur poste – mais les cours montaient nettement. En fait, il pourrait probablement tirer un bon bénéfice si ses équipes tenaient… Ce qui n’était pas gagné : tout le monde faisait double poste ou presque, lui compris, et il n’espérait pas que ça dure. A un moment ou à un autre, la fatigue prendrait le dessus.

« Vous m’évitez ? Ou vous en aviez juste assez du confort de votre bureau ? »
Il sursauta en attendant la voix derrière lui. Il tenta péniblement de se redresser, mais la fatigue et l’appréhension de l’entretien qui se profilait le laissèrent tassé dans son siège tandis qu’il se retournait : « Qu’est ce qui vous fait dire ça ? »
Kirun avait une mine effroyable. Il se demanda si elle avait dormi depuis quatre jeftu que l’épidémie avait vraiment pris de l’ampleur. « En dehors du fait que vous semblez avoir annexé le terminal le plus éloigné de la cuisine, vous voulez dire ? »
Il soupira, trop éreinté pour chercher des excuses, mais tentant quand même d’alléger l’atmosphère : « Selon la théorie de C'rydinger, si je dis que je n’avais pas envie de me faire assommer, cela risque de cristalliser l’événement même que je souhaitais éviter. »
Il réalisa soudain qu’il ne voyait son balai nulle part, et s’en trouva légèrement ragaillardi. Même si ce n’était qu’un vulgaire balai – il avait constaté lui-même qu’elle attrapait généralement le premier qui se trouvait là, et ils avaient tous été changés plusieurs fois depuis qu’il était arrivé – la façon dont elle le maniait avait quelque chose de… peut-être pas magique, mais en tous cas franchement intimidant. Déjà, elle savait taper avec.

Kirun le fixait toujours : « Jamais entendu parler de votre C'ryding machin, mais c’est un abruti. Je ne vais pas vous assommer. Et vous seriez mieux dans votre bureau. Déjà, ça serait plus simple pour vous apporter vos repas. Vous avez mangé quand pour la dernière fois ? »
L’intendant réfléchit. Essaya en tous cas. « Euh… Je ne sais plus. On est quel jour ? »
La cuisinière secoua la tête, mais arrêta presque immédiatement le mouvement avec une grimace et chancela.

L’intendant se leva aussi vite qu’il le put pour la retenir, mais elle se rattrapa avant qu’il ne la rejoigne. Il n’était probablement pas en bien meilleur état qu’elle, de toute façon. Ce qu’elle confirma, d’ailleurs : « Vous avez vraiment une sale tête, vous savez. »
Il grimaça : « Ma courtoisie naturelle m’interdit de vous retourner le compliment. »
Sa remarque arracha un sourire à la cuisinière, qui avisa un siège et s’y effondra lourdement. Elle ferma les yeux en poussant un long soupir : « C’est quoi cette histoire de vous assommer ? »
L’intendant regagna son propre fauteuil avec aussi peu de grâce, et esquissa un haussement d’épaules minimal : « Disons que je me suis laissé dire que vous étiez quelque peu contrariée par mes choix dans l’affectation du personnel. Et que mon sens du dévouement n’allait pas jusqu’à vous laisser exprimer cette contrariété à coups de balai sur mon humble tête. »

Kirun grommela sans rouvrir les yeux : « Je vous pensais plus malin que ça. Je sais encore faire la différence entre les priorités de l’exploitation et les besoins de ma cuisine. »
L’intendant se força à la regarder plus attentivement. On aurait pu croire qu’elle s’était endormie directement sur le fauteuil. Il n’était même pas certain qu’elle ne l’ait pas fait juste après sa dernière phrase : « Je ne vous avais pourtant jamais vue comme ça… »
C’était peu que de le dire. Et les échos qu’il avait eus depuis leur dernière rencontre n’avaient pas mentionné d’amélioration. Au contraire. Il n’y avait pas le moindre doute qu’elle prenait énormément sur elle pour ne pas laisser échapper sa contrariété. Et tous les membres de son équipe, enfin, ceux qui n’étaient pas malades, la connaissaient assez pour s’en rendre compte. Heureusement que la charge de travail interdisait les longs échanges, sinon l’ambiance à la cuisine aurait pu être franchement délétère.

Kirun soupira : « Je sais. Ca n’a rien à voir, mais… Enfin, si, ça a à voir avec l’épidémie. Mais pas au sens où vous l’entendez. »
Elle bailla largement et enchaîna en buttant sur les mots : « C’est compliqué à expliquer… Même si je suis certaine qu’il y a bien un probabiliste quelque part pour théoriser tout ça avec des grands mots… »
L’intendant sourit malgré lui. La cuisinière n’avait aucun respect pour les théoriciens de tous poils.
« Disons que… Pffff… C’est simple dans ma tête, mais qu’est-ce que c’est compliqué à expliquer… Enfin, disons que quand il manque un ra à la cuisine, je me sens mal. Physiquement. Et quand il en manque plusieurs… Ou qu’ils sont malades… Enfin… Je me sens vraiment mal… Comme quand vous avez mal à une dent, vous voyez… Enfin, non… C’est plus diffus… »
Elle fit un geste indistinct avec la main, comme si elle essayait de mettre son idée en forme. « Enfin voilà… Ca ira mieux quand ils auront tous retrouvé leur place. Là, j’ai juste l’impression que j’ai ma tête d’un côté, mon ventre de l’autre, mon dos à l’autre bout, et mes pieds au milieu. Et que chacun dans son coin a décidé de me faire des misères. »
Elle marqua une longue pause avant un nouveau bâillement encore plus long : « Et si vous avez compris ce que je viens de dire, c’est que vous devriez vraiment aller vous coucher et dormir pendant un jeftu. »
Elle rouvrit les yeux et se releva lourdement : « Ce que je vais aller faire moi-même d’ailleurs. »

D’un vague signe de tête, elle salua l’intendant et se dirigea vers son appartement. Celui-ci lui rendit son salut, même si elle ne s’en rendit probablement pas compte, et la regarda s’éloigner. Il était rassuré qu’elle ne lui en veuille pas, mais il était plus encore intrigué par ses explications.
On racontait que, dans les clans des N’Shali N’Bali, certains groupes de chasseur savaient toujours en permanence où étaient tous les autres membres du groupe. Ou quand l’un des leur était blessé. Les sensations de Kirun étaient visiblement plus floues, mais ça ressemblait quand même beaucoup à ces histoires.
Il se demanda s’il avait bien compris, et si ça lui donnait le droit de dormir un jeftu, du coup. Probablement pas. Il fallait absolument qu’il arrive à vendre à un bon prix ce que ses ra s’échinaient à récolter.

Mais il n’allait quand même pas passer la nuit là… Encore que. Maintenant qu’il y pensait. Le fauteuil paraissait soudain très attirant, comparé à la perspective des interminables couloirs et tunnels à arpenter pour rentrer chez lui. Demain, il regagnerait son bureau. Mais pour l’instant… Il croisa les bras sur le terminal, posa la tête dessus, et s’endormit aussitôt.

fr/auteurs/lyne/reve_ordinaire/049.txt · Dernière modification: 2016/09/14 06:50 (modification externe)