Passer le menu

Auteur Sujet: [003] Sina-mru  (Lu 1560 fois)

Zatalyz

  • La Papesse
  • Orateur émérite
    • Voir le profil
[003] Sina-mru
« le: 14 janvier 2013 à 01:24:29 »
onwiki http://http://khaganat.ninm.net/um1/fr:sinamru et http://http://khaganat.ninm.net/mediateki/fr:auteurs:anonyme:legende_delta

Citation de: "Mri Nissya"
Le vieux pêcheur retourne le poisson sur la pierre, semblant ignorer un moment la question que je lui ai posé. Mais je vois à ses yeux brillants qu'il ménage ses effets.
Enfin il prend la parole tout bas, m'obligeant à me pencher vers le feu pour l'entendre par dessus le clapotement du fleuve.
"Les Sina-Mru sont la mémoire du monde..."
Il prend une longue pose, sachant que j’attends impatiemment la suite. Quand il voit que je vais craquer et recommencer à le bombarder de question, il reprend :
"On raconte c'est le chant d'un sina-mru qui poussa le Khanat à se réveiller et à émerger des Brumes. C'est la mélodie de deux sina-mru cherchant l'âme-sœur qui guida le Fleuve à la mer, et c'est lorsque l'un d'eux gratta le sol que le Delta se forma. Mais le plus extraordinaire chez ces oiseaux de légendes... c'est qu'ils sont éternels !"
Le vieux fait un grand un sourire satisfait en révélant ses dents manquantes, et enlève le poisson du feu, puis le partage avant de m'en tendre un morceau.
"Éternels, comme tout, non ?" je lui répond en attaquant le repas. "On meurt, et notre essence revient au monde un jour ou l'autre, par l'appel de la Crypte."
Il secoue la tête d'un air blasé :
"Non, pas comme ça. Lorsqu'un Sina-mru touche le sol, que ce soit par fatigue, par la suite de blessures ou parce qu'il est piégé, son corps s'enflamme et il ne reste plus que quelques cendres. Mais il suffit qu'une seule goutte d'eau touche ses cendres, et il revient à la vie, de nouveau entier. Les sina-mru connaissent le changement mais ni la fin, ni l'oubli. Ils sont la mémoire du monde à travers les Éons, et à chaque Cycle leur chant retentit, marquant tel une horloge le changement d'époque. Rare sont ceux qui ont entendu leur chant...
-Ou qui les ont vu ?
-Ho, ça ! Non, les sina-mru ne sont pas si dur à trouver. Il faut juste être patient et attentif, et aller plus vite que les Changeurs.
-Les Changeurs ?
-Un culte local prétendant que tuer un sina-mru aide le Cycle à progresser. Combattu avec férocité par les Oiseleurs, d'ailleurs. Et il y a aussi les chasseurs de trésor en tout genres : une légende raconte que les cendres des sina-mru donne la connaissance de toute chose en ce monde, une autre que les plumes de l'oiseau procure vigueur au combat, héhé... Les Sina-mru sont rares et chassés !
-Mais si leur corps disparaît en touchant le sol ?
-C'est une légende comme une autre... qui peut dire ce qui est vrai et ce qui est faux dans tout ça ?"
Je lance au vieux pêcheur hilare un regard blasé, et je finit mon poisson. Demain, nous arriverons en vue du Rocher aux Oiseaux, et alors, je saurais...

===
Les Sina-mru apparaissent rarement et toujours en bande d'au minimum 5 individus. Enormes oiseaux au pelage de feu, on peine à croire qu'ils arrivent à voler, et pourtant !
Visuel : roi izam ? Trèèèès gros, gigantesque même !
http://https://fr.wikipedia.org/wiki/Simurgh
« Modifié: 01 janvier 1970 à 01:00:00 par Guest »

YannK

  • Maître de balai
  • Orateur émérite
    • Voir le profil
Re: [003] Sina-mru
« Réponse #1 le: 14 janvier 2013 à 08:47:10 »
En passant, une petite remarque pour l'inspiration : un très beau texte sur la légende du Simurgh est dans le texte sufi d'Attar, la Conférence des oiseaux, adapté par Henri Gougaud.
Rien que le début :
"Loué soit le Très-Haut, le Miséricordieux, notre Dieu Bien-Aimé créateur de la vie de l'âme dans le corps et de la Foi dans l'âme ! Sur les premières eaux Il posa Ses deux pieds. Aux êtres d'ici-bas Il offrit l'air du monde. Il fit le ciel puissant et sans cesse mouvant. Il voulut que la terre obéisse à Ses lois et déploya sur elle une voûte semblable à une tente bleue sans cordes ni piquets. En six jours et deux lettres entre toutes sacrées Il pétrit les neuf cieux avec les sept planètes. Comme il aurait lancé mille dés hasardeux sur la table des nuits, de son gobelet roulèrent mille étoiles. À notre corps, ce piège, Il donna coeur et foie. Notre âme, cet oiseau. Il la voulut poudrée d'étouffante poussière. Les chevaux océans courbèrent devant Lui leur crinière écumante et les monts pris d'effroi par l'éclat de son regard furent pétrifiés. Il assécha le sable aux rives de la mer. Il changea en rubis les pierres des chemins, du sang Il fit le musc, d'une poignée de terre Il fit l'âme vivante, à la raison rebelle Il opposa l'Islam, et le corps s'échauffa au souffle de l'âme et l'âme ouvrit sa porte à la grâce d'En Haut."
« Modifié: 01 janvier 1970 à 01:00:00 par Guest »

lomicmenes

  • Citoyen du Khanat
    • Voir le profil
Re: [003] Sina-mru
« Réponse #2 le: 08 mars 2014 à 17:16:03 »
Un résumé de l'histoire :

Spoiler for Hiden:
Le lointain roi de tous les oiseaux, le Simorgh, fait tomber l’une de ses magnifiques plumes au centre de la Chine : les oiseaux décident de partir à sa recherche.

Ils savent que le nom de leur roi signifie Trente oiseaux ; ils savent que son palais est situé dans Kaf, la montagne circulaire qui entoure la Terre. Ils s’embarquent dans l’aventure presque sans fin.

Ils passent à travers sept vallées ou mers ; le nom de l’avant-dernière est Vertige, le nom de la dernière, Annihilation.

De nombreux pèlerins abandonnent, d’autres périssent. Trente, purifiés par leurs efforts, atteignent la montagne du Simorgh.  

Enfin ils le voient : ils perçoivent qu’ils sont le Simorgh, et que le Simorgh est chacun d’entre eux, et eux tous.

Dans le Simorgh sont les trente oiseaux, et dans chaque oiseau est le Simorgh.
« Modifié: 01 janvier 1970 à 01:00:00 par Guest »

Tags: